jeudi 22 novembre 2007

Saawariya, un « moulin rouge » à l’indienne





Saawariya, c'est le dieu Krishna sous son apparence bleutée. C'est aussi l'être aimé, mais c'est encore et surtout celui qui aime d'un amour fou, qui surmonte tous les obstacles et résiste à l'épreuve du temps. Saawariya, c'est donc l'histoire d'une passion que Raj, un jeune artiste vagabond au cœur tendre, éprouve pour la belle et mystérieuse Sakina.

Nouvel opus du réalisateur de Devdas, un Roméo et Juliette version indienne à grand spectacle, Saawariya est la transposition d'une nouvelle de Fedor Dostoïevski (Les Nuits blanches) dans une ville imaginaire, à mi-chemin entre le rêve et le conte de fées. Comme pour rappeler la teinte bleutée du dieu Krishna, le décor baigne dans un camaïeu de bleu omniprésent.
Aux côtés des deux grandes stars de Bollywood Salman Khan et Rani Mukherjee, on retrouve les nouvelles étoiles montantes du cinéma indien, Sonam Kapoor et Ranbir Kapoor dans les rôles principaux.

Saawariya, de Sanjay Leela Bhansali, distribué par Bodega Films, 2h22, 2007, Inde.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire